La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

JUL. at Yagg
Mes dessins, mes coups de gueule et pleins d'autres choses aussi colorées qu'un arc-en-ciel en noir et blanc !
Dessins | 07.08.2013 - 22 h 03 | 0 COMMENTAIRES
Grau

Nouveau dessin  : « Grau »

Grau

Lettre ouverte | 29.07.2013 - 17 h 35 | 5 COMMENTAIRES
HABEMUS LOGICAM

Mots-clés : , ,

Le Pape François a clos les JMJ de Rio de Janeiro et a parlé des personnes homosexuelles en ces termes :

«Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, c’est de faire du lobbying. C’est le problème le plus grave selon moi. Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger?»

Traduction :

– Des personnes homosexuelles qui ont un besoin de justice c’est mal.

– Les personnes homosexuelles (chrétiennes), on ne peut pas les juger.

–> Il affirme ne pas juger ce qu’ils sont tout en assumant que ce qu’ils sont les écarte du reste du monde et que surtout ils ne doivent rien faire pour changer cela. À part peut être rechercher le Seigneur en attendant qu’une reconnaissance de la société leurs tombe par magie entre les mains ?

« Habemus Logicam »

  Ce n’est plus de la religion, c’est de la politique.

Une politique qui avec de beaux discours a réussi à faire des guerres, à justifier l’esclavage, à faire payer des enfants pour les infidélités de leurs parents et qui encore aujourd’hui continue d’exclure les femmes de l’ordination.

La croyance ce n’est pas ça. Ou en tous cas je ne veux pas le croire.

Les personnes croyantes que je connais ne sont pas canonisées. Ce sont des êtres humains dans toute leur complexité. Mais leur religion n’est jamais déterminante dans les actions des autres.

L’Église arrive à faire tant de bien, mais si elle pouvait aussi arrêter d’insulter les gens, ce serait nettement mieux.

caricature | 06.07.2013 - 16 h 53 | 1 COMMENTAIRES
Clown pour tous !
z'êtes bien drôles

Dessins | 14.06.2013 - 09 h 00 | 2 COMMENTAIRES
Le Marquis

le_marquis

 

 

Le Marquis, portrait idéalisé.

Lettre ouverte | 31.05.2013 - 22 h 11 | 17 COMMENTAIRES
L'(in)conscience de Tugdual Derville

Monsieur Derville ! Vous revoilà !

Je m’étais pourtant juré de ne plus jamais vous adresser un texte, tant le mépris que vous y accorder m’est futile. Mais de toutes façons, je porte bien peu d’importance à ce que vous me lisiez. Ce n’est pas comme si j’avais envie qu’on me réponde «c’est tellement touchant c’que vous dites» de manière hypocrite. Mais tant pis, ce texte servira peut être d’autres, qui sait ?

Alors, revenons à notre sujet : vous parliez des «1ers «mariés» de l’an 2013

La CONSCIENCE. Merveilleux moyen de se dédouaner de tout. La commerçante du coin refuse de servir telle personne de couleur à cause de sa conscience. La conscience du père homophobe l’oblige à mettre son fils à la porte. Jérome Cahuzac, lui-même, ne pouvait consciemment pas garder une telle somme d’argent en France. J’ai vraiment l’impression d’aller loin dans l’absurde, mais vous savez, la CONSCIENCE.

Ma conscience personnelle me dirait bien de vous insulter à tort et à travers, mais ma conscience m’indique bien que cela serait totalement irrespectueux et inutile. Quand je vois, par exemple, l’état actuel de Christine Boutin, ma conscience me donnerait surement envie de rire, mais la seule chose que je souhaite, c’est qu’elle se retire du paysage médiatique, ce qui serait nettement mieux autant pour elle que pour les autres.

On parlait de conscience pour les maires. Bien que je pense qu’un mariage serait bien plus beau à prononcer avec un sourire, il ne faut pas oublier que pendant cette cérémonie le maire s’efface pour devenir officier d’état civil, il ne fait qu’appliquer la loi. A-t-on vu un maire de droite ne pas marier un couple de gauche ? A-t-on vu une mairesse refuser un mariage entre personnes d’origines différentes ?

Mais pour vous, on ne parle pas de conscience. Je crois même entendre un gamin qui a donné une claque à un autre dire «c’est pas moi, c’est ma main». Ici c’est VOUS le responsable. C’est VOUS qui manifestez de l’irrespect face à un statut de couple reconnu par l’État. Alors que vous ayez une rancœur amère, c’est une chose, mais que vous le vouliez ou non, ces deux hommes sont bien mariés, et cela devant l’État, donc devant vous. Donc pour votre cas, c’est plus d’inconscience dont on parle.

Alors prenez une bonne initiative, retirez vous de tout cela. Vous vous ferez moins de mal. Ou sinon, restez en donc à vos métaphores de poulailler, là, au moins, vous excellez.

 

Dessins | 08.04.2013 - 17 h 11 | 3 COMMENTAIRES
Notre amour est plus fort que leur haine

J’ai été révolté par toute cette radicalisation et cette violence. Il ne faut cependant pas perdre espoir, notre combat est beau et il ne sera pas sali par leurs actions. Il n’y a qu’eux qui sont dans la crasse. Perdre espoir en cette période serait donner raison à leur politique d’intimidation. Alors aimons nous !

surpris

Lettre ouverte | 15.02.2013 - 19 h 20 | 6 COMMENTAIRES
Discussion avec une lepéniste de 17 ans

On en voit des gens sur twitter, et on tombe sur des hurluberlus incroyables. C’est tout d’abord ce que j’ai pensé avec cette jeune lepéniste de 17 ans, mais heureusement on peut discuter avec elle. Et donc après une longue discussion sur Twitter, je lui ai adressé un texte puis elle m’a répondu, puis je lui ai répondu. Les voici (oui, bon, ça fait de la lecture) :

 

Premier texte :

         Bonjour,
Je n’aime pas vraiment les formules lapidaires et autres réponses au tac-o-tac obligées sur Twitter. C’est pourquoi après notre discussion au sujet du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de mêmes sexe, je me permets de revenir sur plusieurs points de votre argumentation sur mon blog.
        Après avoir commenté votre vision de ce que doit être la famille, j’aimerais éclaircir quelques points au niveau de la visée de cette loi et de son approche législative. Enfin, je parlerais d’une lutte contre l’homophobie – homophobie dont vous avez commencé l’approche dans vos propos.
 
 
 
        Vous affirmez qu’une famille basée sur l’altérité des sexes, sur des référents maternels et paternels, féminins et masculins ou bien même « virils », assure le meilleur cadre pour un enfant. Je me suis permis ici d’ajouter « meilleur », car c’est bien cela qui sort de vos dires : les autres modèles ne seraient pas acceptables car « moins bons » que le modèle habituel. Je reviendrai donc sur ces référents et sur le fait de parler de modèles dans ce débat.
        «Maternel : Propre à la mère / Qui imite le comportement d’une mère », nous dit le Petit Larousse ; et la mère est  une «femme qui a mis au monde ou adopté un ou plusieurs enfants / personne qui agit en mère» ; cette définition est la même pour le père, d’ailleurs. Ce dictionnaire nous explique alors ce que sont des parents et comment on les désigne en fonction de leur sexe. Il n’applique aucun jugement  au sujet des caractères que la société attribue à l’homme ou à la femme, et je le crois juste dans cette initiative. Je le crois juste car nous sommes tous de subtils mélanges de féminins, de masculins, je dirais même de neutre ; certaines personnes ont plus l’un de ces comportements que les autres et se définissent ainsi grâce à cette dominantes dans leurs actions. La mère peut donc aussi être plus ou moins masculine, le père plus ou moins féminin. Et surtout, ces référents, plus ou moins féminins, masculins ou neutres, se trouvent dans tout l’entourage de l’enfant, grand-parents, tantes, oncles, cousins, amis de la famille, même les professeurs ou la boulangère : l’enfant n’évolue pas dans un cadre fermé, mais tirent les conséquences de ses expériences tous les jours ; il se construit ainsi.
        Outre la famille un homme + une femme + 2,2 enfants en moyenne, il y a aussi de nombreux autres modèles : des familles monoparentales, des familles recomposées  (géniteurs + beaux parents), des familles adoptives (homoparentales ou non), etc. Oui, certains de ces modèles sont statistiquement plus profitables que d’autres, mais s’il y a bien quelque chose qui participe au développement de l’enfant, ce sont bien les parents, non pas le modèle. C’est pourquoi le législateur a accepté ses familles en faisant en sorte que l’enfant soit toujours protégé par la loi, car c’est cela le but du législateur, quelque soit sa famille, qu’il n’en soit pas pénalisé d’un point de vue législatif. Et si le climat familiale est vraiment nuisible à l’enfant, il y a d’autres lois pour ça. Ces lois auraient déjà enlevés les enfants à leurs familles homoparentales si elles étaient nuisibles.
 
 
         Je voulais aussi vous parler des visées de ce projet de loi.
        Cela permettra aux couple d’avoir les mêmes droits et devoirs relatifs aux conjoints. Cela leur permettra de fonder des familles ou bien de les voir reconnaitre. Car ces familles existent ; et quelque soit le cadre qu’elles offrent, l’enfant doit être protégé. C’est aussi pour ça que je pense qu’il faudrait déposer des amendements pour que la filiation soit reconnue hors mariage – il serait ridicule d’obliger des personnes à se marier alors qu’on leur interdisait auparavant ; il est aussi un fait important que les familles hétéroparentales ne sont pas forcément construites autour de parents mariés.
        On parle aussi beaucoup de la suppression des mots « père » et « mère », de mots « parent 1&2″ ou « parent A&B ». Bien que ces termes seront remplacés à certains endroits, ils resteront inscrits dans le Code Civil, mais tout ça tourne autour de l’approche législative complexe de l’écriture de la loi  : cela nous montre bien que les législateurs sont bien plus légitimes pour s’occuper de ceci. Il est aussi évoqué la question de la PMA (dont le débat est reporté en Mars, si je ne me trompe) : le projet de loi est aussi réalisé dans un mouvement pour l’égalité des droits. La PMA est autorisée depuis plus d’une vingtaine d’années en France ; la voir devenir un sujet d’éthique dès lors que l’on parle de couples lesbiens est dégradant. J’allais presque oublier la GPA : non-autorisée en France, elle n’est pas dans le projet de loi, c’est pourquoi c’est une diversion de l’opposition. Je n’ai pas d’avis sur ce sujet car tout simplement je considère de ne pas y avoir assez réfléchi ; mais si un jour la France se pose des questions sur ce sujet, il y aura donc débat, cela ne pourra donc pas vous déplaire. De toutes façons, elle ne sera pas légalisée tant qu’on aura pas la possibilité de créer un encadrement législatif suffisant pour empêcher les dérives que peut créer cette pratique.
 
 
        Dans vos tweets, vous affirmiez aussi que vous n’imaginerez pas un enfant moqué dans la cour d’école à cause de ses parents homosexuels. J’avais à ce titre cité «Ce n’est pas la jupe qui provoquent le viol», car oui dans ce cas présent, ce n’est pas la famille qui cause problème, mais les autres personnes. Oui, il y a une homophobie latente en France ; oui, il y a des amalgames ; oui, il y a des préjugés ; oui, des gens ont peur des conséquences de l’acceptation totale de l’homosexualité.
        Et cette loi permettra une certaine éducation des consciences. J’ai vu des gens qui ne savaient pas il y a quelques mois qu’il existait des familles homoparentales, qu’elles peuvent élever des enfants comme les autres familles, que d’autres pays ont déjà ouvert le mariage et l’adoption aux couples de même sexe et que ces pays sont toujours debouts. En ouvrant nous aussi le mariage aux couples de même sexe, nous enverrons un message à des gens qui pensaient que ça ne serait pas possible. Je ne prétends pas dire que toute la société française évoluera sur la question de l’homosexualité, mais à l’instar des autres pays qui nous ont précédé sur ces débats, les mentalités évolueront et cela deviendra plus ou moins banal. Il suffit de voir les pays qui nous regardent en ce moment et qui se demandent pourquoi il y a une telle opposition, pourquoi on en fait tout un plat. Ce sera aussi un beau message envoyé aux personnes qui sont persécutés pour ce qu’ils sont, que ce soit en France, ou dans des pays où il y’a une discrimination d’état. « It’s get better », comme on dit en anglais.
 
 
 
        Pour conclure, je pense qu’il ne faut pas mettre en cause les modèles, mais plutôt observer les familles, car le but de la Loi est bien de protéger également les enfants de la France. Ne nous laissons pas abattre par l’idée de voir apparaitre un modèle qui existe déjà, par quelques « père » et « mère » qui seront remplacés à certains endroits du Code Civil, ce ne sont que des symboles, ainsi que la famille dite traditionnelle et le sacro-saint mariage. Alors arrêtons ce symbolisme, l’Égalité est dans l’action. C’est une de nos valeurs et elle rendra la France meilleure.
Sa réponse :

Bonjour,
Je tient à vous remercier pour cette lettre posée, argumentée et non agressive.Souvent agressée sur Twitter pour mes idées, je vous remercie de cette diplomatie et de cette attention. Le débat est en effet plus intéressant et constructif que les insultes et l’irrespect.

J’aimerai préciser mes impressions et craintes ainsi que le jugement moral que je porte sur cette loi. N’étant pas homophobe, je pense que ma vision de cette loi et mes opinions personnelles ont le droit d’être respectées et comprises dans une société ou la liberté d’opinion ce doit d’être encouragée.

Tout d’abord, je suis conservatrice sur le plan social, une idéologie partagé par une majorité des français. Sans vouloir tomber dans un extrémisme religieux qui n’à pas lieux d’être, la civilisation française
est imprégnée et s’est construite sur la base du christianisme. La laïcité n’est pas faite pour effacer les religions de la société et de nombreux français pratiquent une des religions monothéiste dont les valeurs et le modèles social (la famille traditionnel notamment) sont ébranlés par cette loi. Comme l’a rappelé Mr Bernheim
dans son essai, cette loi est faite au seul profit d’une infime minorité et brouille de façon irréversible trois choses: les généalogies en substituant la parentalité à la paternité et à la maternité; le statut de l’enfant, passant de sujet à celui d’un objet auquel chacun aurait droit; les identités où la sexuation comme donnée naturelle serait dans l’obligation de s’effacer devant l’orientation exprimée par chacun, au nom d’une lutte contre les inégalités,
pervertie en éradication des différences.

Mon avis est que notre civilisation s’affaiblit de décennies en décennies et que de nombreux français qu’importe leur religion, origine ou orientation sexuelle sont attachés aux fondements de notre civilisation que le gouvernement fait mine de ne pas connaître. Nous avons put voir dans la manifestation du mariage pour tous de nombreux panneaux attaquant la religion, principalement la religion
chrétienne ce qui donne de surcroit une image dégradante du concept de mariage pour tous faisant penser qu’il y a bel et bien un mépris et déni de l’attachement des français à leur civilisation ainsi qu’une attaque à une partie des français.

Ceci dit, j’ai écoutée avec attention les propos de madame Badinter sur le mariage pour tous dont j’ai appréciée la aussi le respect et l’argumentation. En effet, les familles non ‘’conventionnelles’’ existent déjà, des familles ou un des parents est absents aussi ; mais je ne pense pas que l’on doit rajouter un poids supplémentaire aux enfants. En effet, de nombreux enfants souffrent déjà
de parents divorcés, d’avoir été adoptés (j’en connais beaucoup dans mon entourage) et je pense que ce n’est pas une avancée et que ce soit moralement juste de priver un enfant institutionnellement d’avoir un père et une mère. Beaucoup d’enfants souffrent de douleurs internes et je pense qu’il n’est pas nécessaire
d’en rajouter.

De plus, je trouve les militants du mariage pour tous assez manipulateurs. En effet, quand Pierre Bergé déclare «Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? » et qu’il se déclare pour « toutes » les libertés ( PMA, GPA ), nous voyons bien que le but est de faire passer petit à petit ses lois et nous entendons peu vos militants contre ses paroles honteuses. Cette GPA ouvre la porte à l’esclavage moderne donc à l’exploitation de l’autre, les mères porteuses dans leur grande majorité étant issues de milieux défavorisés. Nous savons qu’aux
Etats-Unis, 100 000 dollars sont nécessaires pour bénéficier des
« services » d’une mère porteuse, impossible donc pour les couples à faibles revenus d’envisager cela ce qui est déjà une inégalité. Il est rare de voir une femme riche porter un enfant pour une femme pauvre vous en conviendrez. De surcroît, énormément d’enjeux ne sont pas soulevés et mis en lumière et le peuple se voit imposer une loi au nom de l’égalité des droits alors qu’elle contient de nombreuses inégalités dont celle que je viens de
mettre en lumière ou encore le fait que les couples lesbiens pourront avoir un donneur de sperme alors qu’en revanche les couples homosexuels ne pourront pas avoir d’enfant par mères porteuses. Ils réclameront donc ce droit !

Enfin, vos militants ne condamnent pas non plus madame
Fourest quand elle déclare sur un plateau télé que « 98% des enfants d’hétéros sont tordus ou délinquants » et j’en passe des plus belles. Les militants se voient donc abusés et méprisés par la classe dirigeante, les fondements de notre civilisation sont menacés et la démocratie et les droits des enfants sont négligés ! Quand vous parlez des pays voisins qui ont fait passer cette loi, je pense à cette fameuse phrase « Si on te dit de sauter par la fenêtre, tu saute ? ». Le fait que cette loi est passée et encouragée par d’autres ne signifie pas qu’elle est une réussite et un modèle, nous n’avons pas à suivre bêtement une mode !

Pour finir, je pense tout simplement que ces arguments valent la peine d’être respectés, étant partagés par de nombreux français. Ces convictions ne légitiment en rien l’homophobie mais sont simplement le désir que les notions de protection de l’enfant et de
la dignité des femmes, de préservation des fondements de notre civilisation ainsi que le rejet de l’esclavage moderne trouvent une bonne fois pour toute une place dans le débat.

 

Deuxième texte :

    Merci pour cette réponse développée. J’ai eu l’occasion d’écrire des textes auparavant et je n’avais pas eut « la chance » d’avoir une telle réponse.

    Je reviendrais donc par étapes sur ce que vous m’avez écrit pour vous préciser ma pensée sur vos idées.
1-
«N’étant pas homophobe..»
    Sachez que je ne doute en aucun point de vos bonnes intentions, j’ai pu remarquer le respect que vous témoignez dans vos propos. Tachez juste de nuancez un peu plus cette affirmation. Votre prise de position, bien que de bonne foi, a bien une conséquence homophobe. Je vois aussi dans vos paroles des formules qui ne sont pas tout à fait appropriées : « pas nécessaire d’en rajouter » ; parler d’une « mode » ; « fondements de notre civilisation » ; etc.
    Mon but n’est pas de vous attaquer, mais il y a des choses qui, même si elles ne contiennent pas l’insulte pédé ou gouine, sont bien discriminatoires. Tachez juste de modérer ces propos à l’avenir.
 
2-
«Tout d’abord, je suis conservatrice sur le plan social, une idéologie partagé par une majorité des français.»
    Sachant que la majorité des français sont favorables au mariage des personnes homosexuelles, cela m’amènerait presque à penser qu’ils sont conservateurs ;)
Mais je pense comprendre que vous vouliez dire qu’il y a un certain nombre de conservateurs en France.
    Autre point : Vous parlez de « social » ; ici le sujet est sociétal. Mais dans les deux cas, il n’y a pas vraiment de conservatisme pour ces sujet. Sinon, rien de changerait, et il n’y aurait pas de « politique sociale », justement.
    En fait, je pense que derrière ces paroles, vous vouliez en fait tout simplement dire que vous étiez conservatrice au sujet du mariage.
 
3-
«La laïcité n’est pas faite pour effacer les religions de la société et de nombreux français pratiquent une des religions monothéiste dont les valeurs et le modèles social (la famille traditionnel notamment) sont ébranlés par cette loi.»
    En fait, là où vous vous trompez, c’est que la religion aura toujours le droit d’avoir ses règles, ses traditions, ses modèles. Car pendant que des personnes pourront avoir comme modèle la famille dite traditionnelle, d’autres pourront penser autrement ; là est la nuance. Vous comprendrez que bien que nous avons un héritage chrétien, l’Église ne peut écrire son dogme dans nos lois.
4-
«Comme l’a rappelé Mr Bernheim dans son essai, cette loi est faite au seul profit d’une infime minorité et brouille de façon irréversible trois choses: les généalogies en substituant la parentalité à la paternité et à la maternité»
     Parler « d’infime minorité » ici n’est pas vraiment bien choisi, c’est d’hommes, de femmes et d’enfants que nous parlons.
    Dans mon texte précédent, j’ai bien expliqué les termes de paternité et de maternité (qui veulent en fait dire exactement la même chose, sauf que l’on utilise l’un dans le cas d’un homme, et l’autre dans le cas d’une femme). De plus, on parle ici de l’adoption, la généalogie créée est fictive dans le cas hétéroparental, elle le sera aussi dans celui homoparental.
5-
«le statut de l’enfant, passant de sujet à celui d’un objet auquel chacun aurait droit»
    Vous conviendrez que ces propos ont un forte résonance discriminatoire. L’enfant deviendrait objet dès lors que ce sont des homosexuels qui voudraient en avoir. Sinon, ce serait accepter l’idée que ce « droit à l’enfant » existe déjà, et que ce sont bien les hétérosexuels qui en sont les précurseurs.
 
6-
«les identités où la sexuation comme donnée naturelle serait dans l’obligation de s’effacer devant l’orientation exprimée par chacun, au nom d’une lutte contre les inégalités, pervertie en éradication des différences.»
     Là encore, j’ai largement parlé de ça dans mon texte précédent, ce n’est pas le sexe qui est remis en cause, mais le fait que le sexe et le rôle social qu’on lui attribut soit forcément liés.
    Et je ne crois pas que les familles homoparentales se donneraient tant de mal pour éradiquer leur « différence », car justement, leur différence est sur le devant de la scène. Oui, c’est une lutte contre les inégalités, car c’est un droit qu’être différent, car bien qu’on soit différent, nous sommes égaux.
7-
«de nombreux français qu’importe leur religion, origine ou orientation sexuelle sont attachés aux fondements de notre civilisation que le gouvernement fait mine de ne pas connaître»
Retour au point 3.  
 
8-
« Nous avons put voir dans la manifestation du mariage pour tous de nombreux panneaux attaquant la religion, principalement la religion chrétienne ce qui donne de surcroit une image dégradante du concept de mariage pour tous faisant penser qu’il y a bel et bien un mépris et déni de l’attachement des français à leur civilisation ainsi qu’une attaque à une partie des français.»
    Je vois de quoi vous voulez parler. Ce sont la plupart du temps des messages ironiques, mais je peux comprendre qu’ils puissent choquer. En attendant, vous conviendrez qu’il y a un problème : les personnes croyantes ont le droit de s’exprimer, là n’est pas la question ; c’est bien que les religions, elles, n’ont aucune légitimité à donner d’avis. Je ne sais pas si vous voyez la nuance. Les croyants font partit du peuple ; le peuple est souverain, pas les religions.
    Ici, vous parlez de la civilisation judéo-chrétienne dont la France a hérité. Faites attention, certaines personnes se déclarent d’autres valeurs, et ils sont français.
    « attaque à une partie des français » Vous parlez « d »attaque » comme j’entends souvent le mot « cathophobie », souvent utilisé à tort. Autant que pour l’homophobie, la cathophobie est le fait de penser qu’on puisse être supérieur, plus important, et donc que l’on puisse avoir plus de droits que ces personnes, et cela parce qu’elles sont chrétiennes catholiques. C’est les mettre tous dans la même case (ce qui est fait actuellement et constamment pour les personnes homosexuelles) et des les discriminer. Alors je ne vois pas où est la volonté de leur enlever des droits puisque même si la loi ne primera plus leurs familles à la place des autres, ils pourront toujours les former comme ils l’entendent ; si ce n’est parfois la volonté de les faire taire, et vous l’avez remarqué je suppose, pour certains propos c’était légalement possible.
9-
«je ne pense pas que l’on doit rajouter un poids supplémentaire aux enfants. En effet, de nombreux enfants souffrent déjà de parents divorcés, d’avoir été adoptés (j’en connais beaucoup dans mon entourage) et je pense que ce n’est pas une avancée et que ce soit moralement juste de priver un enfant institutionnellement d’avoir un père et une mère. Beaucoup d’enfants souffrent de douleurs internes et je pense qu’il n’est pas nécessaire d’en rajouter.»
    Comme j’ai pu l’expliqué auparavant, ce n’est pas l’homoparentalité de la famille qui « en rajoute ». Ces enfants souffriront de la même manière que les autres enfants adoptés, mais avec le « poids » de la société (poids qui, vous le reconnaitrez, serait déjà moins lourds s’il était aboli). 
    Vous reconnaitrez aussi que parmi votre entourage, même si des personnes n’ont pas eu « la chance » de ne pas souffrir à cause du profil atypique de leurs familles, elles n’ont pas été pénalisées d’un point de vue légal ; c’est là que tout est en jeux, car ces familles existent et existeront, et vous savez qu’on ne peut les interdire pour le seul motif de leur formation, ce serait discriminatoire.
    Quant au fait d’être « privé » institutionnellement d’avoir un père et une mère, donc que la loi ne garantissent à l’enfant le « double repère féminin et masculin », je pense m’être assez prononcé là dessus. C’est d’une part extrêmement réducteur d’un point de vue social mais c’est aussi avoir une vision immuable de l’être humain.
    « pas nécessaire d’en rajouter » : même si je sais que ce n’était pas votre attention, et que vous vouliez dire que l’homophobie qu’ils subiront sera un poids, tachez de ne pas jeter la pierre sur ces familles pour ça.
 
10-
«De plus, je trouve les militants du mariage pour tous assez manipulateurs. En effet, quand Pierre Bergé déclare «Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? » et qu’il se déclare pour « toutes » les libertés ( PMA, GPA ), nous voyons bien que le but est de faire passer petit à petit ses lois et nous entendons peu vos militants contre ses paroles honteuses»
    J’aimerais commencer par une chose : nous avons réussi pour le moment à discuté de ce projet de loi, restons y. Je ne vous assigne pas les propos caricaturaux de Christine Boutin ou de Virginie Tellenne, dîte « Frigide Barjot ». Alors restons dans le sujet plutôt que de nous languir dans l’ ad hominem.
    Certaines personnes ont des idées, oui, ce ne sont pas forcément celles de tout le monde. Alors quant à dire que tel projet de loi amène à tel ou tel chose, il faut nuancer. Car dans ce cas là, le mariage tout-court, l’adoption tout-court, la vie tout-court, amènerait à tel ou tel chose. Ma volonté n’est pas de vous vexer, mais reconnaissez que ça en devient absurde.
Par contre, la PMA oui sera discutée, car même si notre Président actuel ne l’avait pas promis dans ses engagements, il en avait parlé à l’oral, et le Gouvernement est  attaché à cette réforme.
 
11-
«Cette GPA ouvre la porte à l’esclavage moderne donc à l’exploitation de l’autre, les mères porteuses dans leur grande majorité étant issues de milieux défavorisés. Nous savons qu’aux Etats-Unis, 100 000 dollars sont nécessaires pour bénéficier des « services » d’une mère porteuse, impossible donc pour les couples à faibles revenus d’envisager cela ce qui est déjà une inégalité. Il est rare de voir une femme riche porter un enfant pour une femme pauvre vous en conviendrez. De surcroît, énormément d’enjeux ne sont pas soulevés et mis en lumière et le peuple se voit imposer une loi au nom de l’égalité des droits alors qu’elle contient de nombreuses inégalités dont celle que je viens de mettre en lumière ou encore le fait que les couples lesbiens pourront avoir un donneur de sperme alors qu’en revanche les couples homosexuels ne pourront pas avoir d’enfant par mères porteuses. Ils réclameront donc ce droit !»
    Premièrement, comme je l’ai dit juste avant, on ne peut tenir ce projet de loi comme responsable de la possible arrivée d’un débat sur la GPA. C’est un détournement. Par contre, plus j’ai entendu les députés de l’opposition ramener sans cesse la question de la GPA dans le débat, plus j’ai pensé qu’un débat sur la question serait utile. 
    Je vous ai déjà fait part de mes doutes au sujet de la GPA : oui, il y a des personnes qui font ça par altruisme et qui ne reçoivent de cet argent qu’une compensation, pas un paiement. Mais est-ce possible de créer un encadrement juridique assez efficace pour éviter les dérives ? Et ces femmes, même altruistes, savent elles ce qu’elles font ? Après on peut aussi penser que c’est un droit que de disposer de son corps pour ce que l’on souhaite, que ça soit une erreur ou pas. Mais il devrait y avoir une réelle protection.
    Quant au prix, vous parlez d’une inégalité sociale. Car de ce fait, il y a aussi des inégalités entre les couples hétérosexuels qui souhaitent adopter, avoir recours à la PMA, ou bien à une hypothétique GPA. Et pas que pour ça d’ailleurs, pour à peut près tout.
    Après, vous nous parlez d’un autre type d’inégalité, ici biologique. À l’instar de la pilule ou de l’IVG, les hommes ne peuvent pas demander la PMA. Donc d’après vous les couples d’hommes demanderont la GPA ; mais vous mettez au même niveau l’égalité des droits et le fait de nier les différences. Car si rien n’empêche deux hommes ou deux femmes d’élever un enfant, les hommes n’ont tout simplement pas la possibilité de porter un enfant. Accepter la GPA en France, c’est permettre non seulement aux couples d’hommes d’avoir des enfants en passant par un procédé différent, mais aussi aux couples hétérosexuels ou bien même lesbiens (dans des cas d’infertilité) : là serait l’égalité des droits. En attendant, elle n’est pas autorisée.
 
12-
«  vos militants ne condamnent pas non plus madame
Fourest quand elle déclare sur un plateau télé que « 98% des enfants d’hétéros sont tordus ou délinquants » »
    Retour au point 10. Je ne vous pose pas d’injonction de condamner tel propos de « vos militants » qui vont dire que les couples homoparentaux donneront des enfants homosexuels, déséquilibrés, « tordus », terroristes…
 
13-
«Quand vous parlez des pays voisins qui ont fait passer cette loi, je pense à cette fameuse phrase « Si on te dit de sauter par la fenêtre, tu saute ? ». Le fait que cette loi est passée et encouragée par d’autres ne signifie pas qu’elle est une réussite et un modèle, nous n’avons pas à suivre bêtement une mode !»
    Plusieurs choses :  
    La référence aux pays voisins est utilisé dans des cas précis : lorsqu’on crie à la fin de la civilisation, de l’humanité, aux enfants sans repères qui deviendraient déséquilibrés…
    Les familles homoparentales sont un modèle, mais ne sont pas LE modèle ; c’est autour de ça que tourne la loi.
    Parler de mode ici est extrêmement réducteur. Cela sous-entend que les gens y vont sans réfléchir et sautent par la fenêtre parce que d’autres l’on fait. Ce n’est pas le cas
Le fait est aussi que depuis plusieurs siècles, on voit bien une mondialisation des idées politiques.
 
14-
«Pour finir, je pense tout simplement que ces arguments valent la peine d’être respectés, étant partagés par de nombreux français. Ces convictions ne légitiment en rien l’homophobie mais sont simplement le désir que les notions de protection de l’enfant et de la dignité des femmes, de préservation des fondements de notre civilisation ainsi que le rejet de l’esclavage moderne trouvent une bonne fois pour toute une place dans le débat.»
    La protection des enfants est scandée des deux côtés, il y en a juste un qui affirme qu’un couple homosexuel ne forme pas un cadre de protection de l’enfant.

    La question de la dignité des femmes est un débat constant, mais sur le sujet de la GPA, il faut qu’un débat soit lancé, car il n’a pas sa place dans celui du mariage et de l’adoption. 

Dessins | 09.02.2013 - 22 h 37 | 2 COMMENTAIRES
L’Amour n’a jamais connu de lois

«L’amour est enfant de bohème, il n’a jamais jamais connu de lois»

Lettre ouverte | 29.01.2013 - 19 h 44 | 0 COMMENTAIRES
Discussion avec un royaliste

Eh oui, la fin du monde approche encore mes amis, tout du moins celle de la société. Alors je me laisse inspirer par du sentimentalisme, mais le sentimentalisme a bien plus sa place dans nos débats car nous sommes humains ; la peur, par contre, ne l’a pas.

Voici une « discussion » (son substitue Twitterien) avec un royaliste : @LysArdent

image

image

image

image

image

image

image

Voilà ce que j’ai répondu à cette attaque sur ce sentimentalisme :

image

Lettre ouverte | 28.01.2013 - 18 h 10 | 4 COMMENTAIRES
France, voici tes députés !

Effectivement, en voyant ce genre de comportements puérils, on tend à se dire que l’Assemblé Nationale n’a pas la légitimité de voter la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe (ni aucune autre loi, par ailleurs…)

Je choisirais donc une sorte de victime-bouc émissaire qui représentera à elle seule l’infantilisation du vote des lois :

image

M. Jacques Bompard, député FN de la 4e circonscription du Vaucluse

Voici un petit florilège de ses amendements puérils, ironiques et paradoxaux par rapport aux discours habituels de l’opposition :

Amendement n° 4661  (dans lequel il propose que cette loi permette le mariage polygame)

Amendement n° 4662 & Amendement n°4668 (combo : mariage polygame + mariage pédophile + mariage incestueux)

Amendement n°4672 (donne le prénom de l’officier d’état civil à l’enfant dont il reçoit la déclaration…  Je cite : « Cet amendement vise à reconnaître le mérite des officiers d’état civil. »)

Ce genre de comportement honteux doivent cesser.

Publicité
 
À LIRE SUR YAGG
Culture & Loisirs | 6 H 56 | 0 COMMENTAIRES
People , Musique | 5 H 09 | 1 COMMENTAIRE
Blogs | 3 H 49 | 0 COMMENTAIRES